Vous êtes sur les dents ? Tout comprendre des différents types d’intervention

19 novembre 2019

La dent abimée est encore vivante : tant mieux

Votre dent est vivante mais abimée. Si la carie est de taille réduite, la partie gâtée de la dent est poncée. Puis elle est obstruée avec un amalgame gris (à base de métal) ou blanc (à base de composite). On évite ainsi la progression de la carie en empêchant les bactéries de pénétrer plus en profondeur dans la dent.

Si la carie est plus importante et la partie retirée conséquente, le dentiste peut poser un onlay-core. En métal, céramique ou composite, cet élément parfaitement étanche et ajusté au reste de votre dent vient redonner son intégrité à votre dent vivante. Non pris en charge par la Sécurité sociale, son coût varie de 350 à 600 € selon sa composition. 

La dent est très abimée, mais sa racine est intacte et vivante

En alliage métallique, composite ou céramique, la couronne est une sorte de nouvelle dent reprenant la forme, la teinte et la fonction de l’ancienne. Elle vient se fixer parfaitement sur la racine encore présente.

Si la racine encore présente est trop faible pour supporter cette couronne, elle est alors associée à un inlay-core.  Cet élément est ancré dans la racine de la dent pour permettre la fixation de la couronne.
Pris partiellement en charge par la Sécurité sociale, son coût varie de 299 à 527 € selon sa composition.

Dent et racine sont très abimées

Parfois, en cas de visite trop tardive chez le dentiste ou de récidive, la carie a altéré la dent mais aussi la racine de manière irréversible. Dans ce cas, dent et racine doivent être supprimées et deux méthodes peuvent être adoptées pour fixer la dent de remplacement.

L’implant dentaire est une racine artificielle, souvent fabriqué en titane. Il vient se fixer directement dans l’os de la mâchoire. Environ trois mois plus tard, après cicatrisation et adaptation de la gencive à ce nouvel élément, une couronne est fixée sur l’implant pour remplacer la dent manquante.

L’intérêt de l’implant est de ne nécessiter aucune intervention sur les dents avoisinantes. Il peut être contre-indiqué dans certaines pathologies. Non pris en charge par la Sécurité sociale, son coût varie de 1 200 à 1 600 €.

Le bridge (ou pont dentaire) est la solution alternative à l’implant. En alliage métallique ou céramo-métallique, il vient remplacer une dent dont la racine est manquante, ou trop abimée pour supporter directement une couronne.
Il prend alors appui sur une dent solide de chaque côté de la dent ou des dents manquantes. Son inconvénient est de devoir altérer ces dents voisines qui peuvent être parfaitement saines.

Pris partiellement en charge par la Sécurité sociale, son coût varie de 837 à 1 444 € selon sa composition pour un bridge de trois éléments.

Un grand nombre de dents, voire la totalité, est altéré

La prothèse partielle ou complète (dentier) vient remplacer les dents manquantes, voire la totalité. Dotée d’une structure métallique, la prothèse partielle dispose de crochets qui viennent se fixer sur les dents restantes. La prothèse complète est elle dotée d’une structure en résine, qui vient se poser directement sur les muqueuses.

L’avantage de ces prothèses est d’être amovibles et de pouvoir être nettoyées…. mais cette non-fixité est aussi leur inconvénient ! Par ailleurs, les crochets de fixation des prothèses amovibles peuvent être inesthétiques, selon leur position dans la bouche.

Pris partiellement en charge par la Sécurité sociale, leur coût varie de 925 à 1 121 € selon leur composition et étendue.

Rendez-vous dans votre espace adhérent pour revoir vos garanties AIO Santé. Et surtout, consultez notre réseau Carte Blanche pour trouver les professionnels de santé au meilleur rapport qualité/prix et obtenir un devis ainsi qu’une simulation de remboursement.