Ostéo, chiro, étio, kiné, quelle thérapie choisir pour se sentir mieux ?

08 août 2019


Si toutes ces thérapies ont en commun de chercher à éliminer des douleurs corporelles, les méthodes diffèrent. Depuis la plus ancienne enseignée depuis le XIXème siècle jusqu’à la plus récente, petit tour de piste de ce que chacune peut précisément vous apporter.
 

L’ostéopathie

Née aux Etats-Unis au XIXème siècle, l’ostéopathie est reconnue par le Ministère de la santé depuis 2007.

Elle vise à prévenir ou à remédier à des troubles fonctionnels de l’organisme, à l’exclusion des pathologies organiques. L’ostéopathie s’adresse ainsi au corps dans son ensemble. Son action passe par un lien physiologique majeur : le système nerveux. Elle repose sur l’émission d’informations vers les éléments du système nerveux périphérique et du système nerveux végétatif, ce qui explique que son action soit globale.

Les soins d’ostéopatie ne sont pas remboursés par l’assurance maladie. Consultez ici comment votre mutuelle participe cependant à leur prise en charge.

L’ostéopathie est indiquée en particulier pour :

  • Le système locomoteur : rhumatismes, lumbagos, cervicales, entorses, torticolis, douleurs survenant au niveau du dos et des cervicales
  • Le système viscéral : constipations, diarrhées, ballonnements…
  • Le système crânien : maux de tête, otites chroniques, vertiges, bourdonnements, sinusites chroniques, coliques du nourrisson, enfants difficiles qui pleurent souvent, insomnie, dyslexie, et problèmes liés à l’apprentissage, concentration, dépression, …
 

La kinésithérapie

Elle serait d’origine suédoise et également née au XIXème siècle. Parvenue en France au début du XXe siècle, elle est reconnues par un diplôme d’état depuis 1946.
Une ordonnance de votre médecin permet sa prise en charge par l’assurance maladie. 

La kinésithérapie travaille sur le système musculo-tendineux. Les gestes appliqués sont essentiellement des massages, des étirements spécifiques ou des mouvements réalisés par des appareillages. Ils visent à rééduquer le patient et l’aider à retrouver ses capacités motrices.

Des drainages lymphatiques, des techniques d’électro-physiothérapie, l’eau, la chaleur, la ionisation ou encore les ultrasons peuvent être également mis en œuvre.

La kinésithérapie est indiquée pour :

  • Des maux chronique de l’appareil locomoteur
  • Des problèmes musculaires ou articulaires
  • Des besoins de rééducation suite à un accident, une grossesse, des accidents domestiques ou de travail
  • Des besoins de récupération sportive
  • Des problèmes respiratoires
 

La chiropractie

Née aux États-Unis, le terme de chiropractie a été inventé en 1896. Son apprentissage est exclusivement privé et il n’existe que 2 instituts de formation en France, à Paris et à Toulouse.
Les soins de chiropractie ne sont pas remboursés par l’assurance maladie. 

Pour le chiropracteur, le système nerveux gouverne le corps et tous ses gestes découlent de ce principe. Les manipulations sont généralement faites au niveau de la colonne vertébrale et du bassin.

La principale différence avec l’ostéopathie est que le chiropracteur ne pratique quasiment que des manipulations au niveau de la colonne vertébrale. Il travaille sur la relation qui unit la colonne vertébrale au système nerveux. Les manipulations sont précises et ne ciblent qu’une zone restreinte.

Les ostéopathes travaillent en revanche sur la colonne vertébrale, mais aussi sur les articulations, les tendons, les ligaments, les muscles et même le crâne.

La chiropractie est indiquée pour :

  • Des douleurs dans le bas du dos : lombalgies mécaniques, cervicales, coccyx, sciatiques
  • Des troubles liés aux cervicales : céphalées d’origine cervicale, vertiges, torticolis
  • Des douleurs liées aux articulations : lumbagos, douleurs au niveau des genoux, des épaules, des omoplates, aux talons, aux chevilles, tendinites, ou encore épicondylite (tennis elbow).
 

L’étiopathie

Beaucoup plus récente et d’origine française, cette thérapie a été créée et nommée en 1963. Elle est proche de l’ostéopathie et ne s’enseigne que dans le privé.

Non reconnue par l’état, elle n’est pas remboursée par l’assurance maladie. Consultez ici comment votre mutuelle participe cependant à sa prise en charge.

L’étiopathie part du principe que le corps peut se guérir lui même et qu’il suffit de corriger ses déséquilibres pour qu’il se remette à fonctionner correctement. L’approche est plus « mécanique » et « holistique » que celle de l’ostéopathie.

On intervient sur la zone concernée et le corps fait le reste. L’analyse initiale est très importante dans cette technique. Elle vise à trouver la cause de la pathologie afin d’agir en conséquence, de manière douce et précise. Elle tend ainsi à éviter les rechutes et donner au corps la possibilité de se rééquilibrer lui-même.

L’étiopathie est indiquée pour :

  • Les troubles vertébraux : névralgies, torticolis, lombalgies, cervicalgies
  • La préparation à l’accouchement : réduction des maux de dos liés à la prise de surpoids, troubles gynécologiques
  • Les troubles urinaires : cystites, énurésie, troubles de la prostate
  • Les troubles ORL : sinusites, rhinites, conjonctivites, otites, vertiges
  • Les troubles digestifs : reflux oestro-oesophagiens, ballonnements, troubles digestifs, constipation…


Rendez-vous dans votre espace adhérent pour revoir vos garanties AIO Santé sur ces prestations.